Un an après les attentats du 22 mars, la Fédération Wallonie-Bruxelles poursuit son action pour favoriser le vivre ensemble

En janvier 2015, la Fédération Wallonie-Bruxelles initiait une large réflexion au travers de toutes ses compétences sur les initiatives à prendre en matière de prévention pour faire face au phénomène de la radicalisation et soutenir le bien-vivre ensemble en concertation avec de nombreux acteurs.

Cette réflexion a abouti à la mise en place d’un plan global et transversal, auquel chaque Ministre s’est engagé à concrétiser une série de mesures afin de renforcer les actions citoyennes et d’outiller les opérateurs face aux phénomènes de radicalisation. 

A cet égard, un Réseau de Prévention des Extrémismes et des Radicalismes Violents a été mis en place, afin de développer une approche transversale de la prévention, dans la mesure où celle-ci concerne l’ensemble des secteurs de la Fédération (Education, Culture, Jeunesse, Aide à la Jeunesse, Maisons de Justice…). Elle entend répondre à des problématiques de nature très diverses, qui nécessitent la prise en charge d’individus comme le développement de projets socio-éducatifs.

Depuis janvier 2017, ce dispositif est opérationnel avec :

-         un numéro d’appel unique – 0800/111.72 , gratuit et confidentiel, accessible tous les jours de 8h à 20h sauf les dimanches et jours fériés, qui apporte une réponse et oriente au mieux les demandes relatives à la prévention des extrémismes et des radicalismes violents.

-         Le Centre d’Aide et de Prise en charge de toute personne concernée par le Radicalisme et l’Extrémisme menant à la Violence (CAPREV).Il s’agit du premier service du genre à être mis sur pied en Belgique pour assurer à la fois le soutien aux proches, aux familles et aux intervenants de première ligne, et la prise en charge systématique et individualisée des personnes en voie de radicalisation violente. Ses principales missions sont d’assurer un accueil téléphonique accessible aux particuliers et aux professionnels via le numéro vert 0800/111 72, d’assurer un soutien psycho-social aux personnes concernées par cette problématique qui en feraient la demande et d’initier un parcours de  désengagement adapté à chaque situation individuelle.

-         Un Centre de ressources auprès de la cellule pédagogique Démocratie ou barbarie, celui-ci accompagne et appuie les institutions et les acteurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans leurs projets de prévention des extrémismes et des radicalismes violents. En proposant :

  • des actions de sensibilisation, vers les publics de la FWB (élèves, étudiants, jeunes, éducation permanente…) ;
  • des programmes de formation sur la radicalisation violente, à l’attention des professionnels des secteurs de la FWB (écoles, associations de jeunesse et d’éducation permanente…) ;
  • la capacité d’intervenir auprès des acteurs de première ligne et de les accompagner dans une démarche de prévention ; 
  • la réalisation d’études et la mise en réseau des chercheurs et des experts à Bruxelles et en Wallonie.

Ces services sont accessibles par toute personne concernée par la radicalisation et l’extrémisme violent, notamment les parents, les élèves, les membres d’une équipe éducative et plus largement du personnel d’un établissement scolaire. 

Le radicalisme met également en péril notre vivre ensemble, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a donc concrétisé de nombreux projets destinés à renforcer la cohésion sociale avec notamment : la mise en place du cours  de citoyenneté dans l’enseignement primaire et secondaire dès la rentrée prochaine, la création d’un Institut de Promotion des formations sur l’islam, le  renforcement des dispositifs de scolarisation et d’accueil spécifique à destination des élèves primo-arrivants (DASPA), l’augmentation des périodes « Français langue étrangère » et d’alphabétisation à destination des personnes réfugiées pour les aider dans leur parcours d’intégration,  l’augmentation des places d’accueil pour les mineurs étrangers non accompagnés (MENA), la lutte contre les discours haineux sur internet et les réseaux sociaux dans le cadre de la campagne européenne No Hate, la création d’un « cours de citoyenneté » en milieu carcéral, la création d’une nouvelle plate-forme web interactive citoyenne pour les jeunes « Bienvenue dans ma tribu » mais aussi une campagne « Le racisme, vous valez mieux que ça » menée en partenariat avec la RTBF et la plate-forme de lutte contre le racisme.

La Fédération entend continuer à porter au cœur de son action le vivre ensemble qui constitue son ADN et apporter une réponse adaptée et durable pour prévenir au mieux le  phénomène de la radicalisation et la poussée des extrémismes.