Les premières décisions du Pacte d’excellence mises en œuvre dès septembre 2017

Sur proposition de la Ministre de l’Education, Marie-Martine Schyns, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé ce mercredi en deuxième lecture deux décisions très importantes qui mettent en œuvre les premières décisions du Pacte pour un enseignement d’excellence :

-      Les modalités d’attribution de renforts dans l’enseignement maternel permettront des recrutements dès la rentrée de septembre 2017 et s’échelonneront jusqu’en 2019. Dans les trois ans à venir, 1 100 professionnels de la petite enfance seront donc recrutés. Il s’agit aussi bien d’instituteurs et d’institutrices, que de puériculteur(trice)s ou de psychomotricien(ne)s. Le nouveau tableau du calcul de l’encadrement permet de toujours demeurer en moyenne sous la barre des 20 élèves par emploi généré. Dans l’ancien tableau de calcul, cette limite était dépassée (souvent 22 enfants par enseignant).

-      L’octroi d’une aide administrative ou éducative pour les directions des établissements scolaires d’enseignement maternel et primaire. Cet accord répond à une attente exprimée de longue date par les directeurs d’école, pour consacrer plus de temps à la gestion de leurs équipes pédagogiques. Afin d’atteindre l’objectif d’ « un équivalent temps plein pour 500 élèves », la subvention allouée aux directions a été multipliée par 3 pour l’enseignement fondamental ordinaire et par 5 pour le fondamental spécialisé. Ces moyens ne seront plus octroyés en fonction d’un nombre d’élèves calculé une fois tous les 6 ans, mais en fonction du nombre d’élèves au 15 janvier de l’année scolaire précédente. Une aide complémentaire est aussi prévue pour les établissements secondaires spécialisés.

Afin d’impliquer au mieux le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans le processus de construction du Pacte, ces dossiers seront portés par le Parlement sous la forme de propositions de décrets.